Imprimerie, comment fabrique-t-on un imprimé ?


Malgré la digitalisation massive dans les entreprises, l’imprimé a toujours sa place. Il sert le plus souvent à faire de la publicité. Pour fabriquer un imprimé, il faut passer par différentes étapes. Chacune d’elles nécessite une expertise et du matériel de qualité. Tout commence par une réflexion aboutie sur le produit à imprimer. Puis on passe à la maquette pour présenter quelques versions du produit, ensuite vient la composition. Juste après, il y a l’étape de la mise en page. Focus sur quelques-unes de ces étapes essentielles à la fabrication d’un imprimé.

Quelques étapes indispensables à la fabrication d’un imprimé

L’imprimé joue un rôle très important dans le développement du marketing visuel d’une entreprise. Voyons alors les étapes de fabrication de l’imprimé. En amont, il y a d’abord ce qu’on appelle la phase de préparation durant laquelle on écrit le contenu du produit et on réunit les divers matériaux pour l’étayer (tableaux, photos, etc.). Une ébauche du produit est présentée et une fois validée, on passe à la maquette. Le professionnel va exécuter différentes mises en page pour voir le produit sous tous les angles, ce qui aide à décider quelle version garder. Ensuite, il y a la composition ou la mise en forme d’un texte de manière à faciliter son impression. Aujourd’hui, cette opération se fait à l’aide d’un logiciel de traitement de texte, ce qui rend la saisie de texte plus simple et plus rapide. Il peut arriver que l’on se serve d’un scanner pour récupérer un texte déjà imprimé. L’étape suivante, c’est la mise en page pendant laquelle on rassemble les images, les graphes et tous les autres éléments qui vont constituer le texte à imprimer. La réalisation de la vitrophanie pour vitrine suit le même procédé puisqu’elle contient aussi un texte à imprimer, souvent une réclame pour un produit, un service ou pour diffuser une information.

Avant et pendant l’impression

Après la mise en page, il y a la photogravure qui va numériser l’ensemble des éléments qui formeront le texte final. C’est à cette étape que l’on fait les dernières retouches pour éliminer les défauts, ajuster les contrastes, etc. Celui qui se charge de la photogravure va aussi effectuer le flashage, autrement dit la production des films dont on a besoin pour la fabrication des plaques d’impression. S’ensuit l’épreuve contractuelle qui sert de référence à l’imprimeur. À la fin, c’est la partie impression ou tirage et tout du long, l’imprimeur s’assure qu’il y a suffisamment d’encre et en contrôle la qualité. Pour les matières, les plus utilisées en imprimerie sont le papier et le tissu. Côté dimension, une imprimerie peut réaliser des imprimés de grande taille. Pour les formats XXL, une imprimerie va découper la page en plusieurs pans qu’il faut ensuite coller l’un à côté de l’autre. Quant à l’autocollant pour surface vitrée, il peut être en polycarbonate, en polychlorure de vinyle, en polyester, en PVC ou en d’autres matières plastiques. Mais étant donné qu’il a pour but d’attirer l’attention et d’être lu, il se distingue par le fait que son texte est lisible des deux côtés. Toutefois, il existe des modèles opaques, brillants, mats ou bien perforés. Ce type d’imprimé a l’avantage d’être durable et ne réclame aucun entretien. Il suffit de nettoyer régulièrement la vitre pour lui permettre de remplir son rôle. Sachez que pour une société souhaitant réussir dans le domaine commercial, l’imprimé pour vitrine est un outil de communication indispensable. L’imprimé fait votre publicité à votre place et attire le regard des passants.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts